Jeudi J’ose n°37 met l’artisanat à l’honneur dans la ville de Tsévié

Jeudi J’ose n°37 met l’artisanat à l’honneur dans la ville de Tsévié

Jeudi j’ose, la plateforme mensuelle de partage d’expériences initiée par le FAIEJ n’a pas manqué le rendez-vous de ce mois de novembre. Pour ce 2e jeudi du mois, c’est la ville de Tsévié, située à 35 km au nord de Lomé, qui a abrité les échanges.

Tournée vers le secteur de l’artisanat, ce 37e numéro a porté sur le thème ‘’Artisans togolais, le succès est en vous’’. Et pour l’occasion, ce sont le coach-formateur Malick Ayeva et la jeune Afiwa Aziadjipe, Directrice de la maison de coiffure « Abidjanaise » à Lomé et deuxième lauréate du concours « COIFFURE KITOKO » qui ont entretenu les quelques 200 jeunes qui se sont rassemblés au Centre des Ressources Artisanales (CRA) de la ville de Tsévié.

L’objectif étant de briser les conceptions erronées qu’ont certaines personnes sur les métiers artisanaux et qui pour la plupart dévalorisent ces métiers nobles et fait nourrir des complexes chez certaines personnes qui hésitent à s’y lancer. Et c’est à cette mission que s’est atteler M. Ayeva au cours des échanges sur fond de coaching. L’idée, leur faire comprendre que les artisans, en choisissant ces différents métiers, « (…) ont choisi la meilleure voie ».

« L’agriculture et l’artisanat sont les deux créneaux porteurs en termes d’insertion professionnelle pour les jeunes afin de résorber la problématique du chômage. », a déclaré M. Malick Ayeva. Des propos que la Directrice Générale du FAIEJ, Mme Sahouda Mivedor-Gbadamassi a ensuite confirmé. «Chers artisans, vous poursuivez l’œuvre de Dieu créateur, car sans vous rien de ce qui constitue notre quotidien ne serait possible », leur a-t-elle dit.

Mais, comme toute activité, aussi noble soit-elle, les difficultés ne manquent pas pour arriver à s’imposer tant en termes de marque et de savoir-faire. Des situations qui doivent être transcendées par le travail bien fait et la détermination.

A travers des cas pratiques de situations récurrentes vécues au quotidien dans l’exercice de leurs métiers, le coach Malick Ayeva est parvenu à faire intégrer par les participants, que la solution à leurs problèmes et difficultés se trouve en eux et qu’ils peuvent la trouver seulement avec un peu de réflexion et de pragmatisme.

Afiwa Aziadjipe a pour l’occasion, partagé son expérience avec le public depuis ses débuts jusqu’à son récent sacre au concours ‘’Koiffure Kitoko’’ où elle a représenté le Togo. Chemin long et difficile, comme pour la plupart des participants, qui se retrouvaient dans son récit. Un seul enseignement transparaissait de ses propos : Pour réussir que ce soit en entrepreneuriat ou en artisanat, les maîtres mots sont le travail et la persévérance.

Pour la jeune coiffeuse qui a déjà plus d’une vingtaine d’apprentis, c’est le travail qui permet de démarquer l’artisan et qui lui fera venir des clients. « (…) Malgré que certaines de mes prestations coûtent plus chères que celles de certaines de mes consoeurs, les clients viennent toujours, parce que je m’applique dans le travail que je fais », a-t-elle affirmé.

Pour rappel, ce 37e numéro de la plateforme jeudi j’ose est celle qui suit la célébration des 3 ans de cette plateforme. Rendez-vous donc le 13 décembre pour une nouvelle séance de partage d’expériences dédiée aux jeunes entrepreneurs.

_MG_0256

_MG_0247

Publié dans: Actualités

Vous aimerez certainement:

Accompagnement des JPIE : Le FAIEJ tient des entretiens  de cadrage de plan d’affaires Accompagnement des JPIE : Le FAIEJ tient des entretiens de cadrage de plan d’affaires
Les entrepreneurs togolais sensibilisés sur l’entrepreneuriat coopératif, une approche salutaire pour le développement Les entrepreneurs togolais sensibilisés sur l’entrepreneuriat coopératif, une approche salutaire pour le développement
Jeudi J’ose n°37 met l’artisanat à l’honneur dans la ville de Tsévié Jeudi J’ose n°37 met l’artisanat à l’honneur dans la ville de Tsévié
Les producteurs de Dzolo sensibilisés sur les avantages de la société coopérative Les producteurs de Dzolo sensibilisés sur les avantages de la société coopérative

Commentez l'article

Submit Comment

© 2018